Versus 2.0 : quand la techno et le classique se rencontrent pour un live immersif

« Versus 2.0 » est comme son nom l’indique la deuxième version d’un premier concert 1 confrontant musique classique et électronique dans un « live immersif ».

Crédit : Gigs Blog @ Southbankcentre.co.uk

La musique électronique et la musique classique s’étaient rencontrées une première fois en octobre 2008 à la Cité de la musique pour « Versus » premier du nom. L’orchestre symphonique Les Siècles, le pianiste Francesco Tristano, figure de proue du label InFiné, et les précurseurs de la techno Moritz Von Oswald et Carl Craig y avaient revisité les compositions de ce dernier.

Ce concert reste aujourd’hui encore l’une des, sinon la meilleure expérience musicale de ma vie, à laquelle cette nouvelle version avait donc ce jeudi 14 avril 2011 la lourde mission de succéder.

Pour « Versus 2.0 », le pianiste classico-electro Francesco Tristano, Carl Craig et Moritz Von Oswald ont malheureusement troqué l’orchestre pour un spectacle visuel. C’est donc une simple projection qui a ambitionné de le remplacer.

Un spectacle visuel à 360° réussi

Sans détour, ce fut une agréable surprise ! En fait de simple projection, le spectacle visuel a reposé sur l’immersion, en exploitant les quarante six écrans escamotables 2 des quatre faces de la grande salle, et en étant orchestré de main de maitre par le jeune mais très prometteur collectif Scale. Ce dernier avait pour l’occasion élaboré des visuels spécifiques, en tirant pleinement parti de la projection panoramique « à 360° » 3.

La lumière, complémentaire à la vidéo mais presque superflue dans ces conditions, est sobrement venue rehausser l’ambiance.

Dans l’ensemble, le spectale visuel d’« EPIC », pourtant beaucoup plus ambitieux sur le papier, ne lui arrivait pas à la cheville.

La musique cède aux instincts primaires

Sur le plan musical en revanche, le projet a pris une tournure beaucoup plus techno, reléguant ses origines classiques à de vulgaires pistes enregistrées. Le trio nous a servi la même recette pour chacun des morceaux joués pendant une heure et demie : une longue montée, assez en tout cas pour impatienter la majorité de l’audience, vraisemblablement venue écouter de la techno de Detroit, au terme de laquelle une ligne de basse salvatrice libérait les instincts primaires de celle-ci. Francesco Tristano assura fort heureusement le spectacle avec une démonstration en règle de sa qualité de virtuose.

« Versus 2.0 » fut un bon concert, à condition d’être considéré hors contexte, mais en aucun cas le digne héritier de son prédécesseur. La magie du premier « Versus » ne fut malheureusement pas au rendez-vous.

Arte Live Web, qui a procédé à la captation du concert ce soir là, permet de revoir l’intégralité du concert (jusqu’au 14 octobre 2011) :

  1. Carl Craig versus Les Siècles, le 18 octobre 2008 à la Cité de la musique.
  2. Qui se sont d’ailleurs escamotés au cours du concert, à 7 min 20 sec de la captation.
  3. La descente sur une ville imaginaire inspirée de New-York, à 1 h 18 de la captation, en témoigne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *