Sébastien Tellier : la croisade pour l’Alliance Bleue n’aura pas lieu

J’ai assisté mercredi au Trianon au concert de Sébastien Tellier, qui est en tournée en France suite à la sortie de son dernier album, « My God is Blue ». Je dois dire que ce n’était pas à la hauteur de mes (hautes) espérances.

« Sexuality », son premier album à sonorités électroniques, était déjà l’un de mes 100 albums préférés, mais « My God is Blue » l’a surpassé dès sa sortie. C’est l’un de ces rares albums de musique électronique racontant encore une histoire, en l’occurrence celle d’une secte caricaturale, l’Alliance Bleue, dont Sébastien Tellier est « la maman ».

Sur le site Internet de l’Alliance ou en promo dans la presse écrite, à la radio et à la télévision, Sébastien Tellier a embrassé son personnage : « Célèbre le bleu prophétique, c’est de lui que naitra ta joie impérieuse. […] Guidé par mes préceptes, ton âme recevra l’ultime récompense envoyée aux fidèles, la félicité éternelle. » C’est d’ailleurs sa prestation d’illuminé sur le plateau d’On n’est pas couché1, qui avait décontenancé Audrey Pulvar, qui m’avait définitivement décidé à assister au concert.

Mais ce 20 juin au Trianon, l’initiation des nouveaux fidèles fut expéditive : « Ce soir, ici, à Paris, célébrons ensemble notre amour de la liberté. » Passée cette intro, pendant laquelle le gourou est apparu bras ouverts dans un halo bleu, il n’y a plus eu d’allusions franches à l’Alliance Bleue. Sébastien Tellier a au contraire préféré s’offrir au naturel, ce qui est certes exceptionnel, ponctuant le concert d’interventions amusantes mais relativement convenues, telles qu’avant Ketchup vs Genocide : « Voici un texte censé soutenir les indiens d’Amérique, les pauvres, ils ont pas eu de bol sur le physique comme je dis souvent, mais on est avec eux. »

Le dernier concert de Sébastien Tellier compile en fait tous les titres emblématiques de sa discographie entière, sans favoriser ceux du dernier album. Il a ainsi démontré ses qualités de musicien avec les belles interprétations de La Ritournelle, de Kilometer, avec un orgue surpuissant, puis avec celles de L’Amour et la Violence et de Roche, en solo et en acoustique. L’interprétation de Cochon Ville en revanche, tube du dernier album popularisé par son clip NSFW2, ne fut pas aussi pêchue que celle de l’album, un comble pour un concert !

Mention spéciale enfin pour la jolie scénographie et le show lumière sobre et millimétré, très réussis quant à eux.

Le dernier concert de Sébastien Tellier était finalement globalement réussi, mais c’était en fait un concert assez conventionnel, et pas le parcours initiatique, la croisade, auxquels je m’attendais.

  1. Extrait du On n’est pas couché du 5 mai 2012 sur France 2.
  2. Not safe for work, Pas sûr pour le travail, se dit de contenus sexuellement explicites.

Une réflexion au sujet de « Sébastien Tellier : la croisade pour l’Alliance Bleue n’aura pas lieu »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *