Négatif+ et numérisation : tromperie sur la marchandise

J’ai récemment retrouvé une demi douzaine de pellicules, utilisées il y a une dizaine d’années, que je n’avais pas encore faites développer. J’aimerais archiver une bonne fois pour toute ces photos, sous forme numérique.

J’ai donc immédiatement cherché où les faire développer et numériser. J’ai notamment appelé Négatif+, où je me rendais quand j’étais étudiant en photographie, qui m’a proposé un forfait développement + numérisation en « 21 mégas » pour 10 euros/pellicule. J’ai demandé à quelle définition cela correspond, on m’a répondu que c’est « environ » 3000 x 2000 pixels. Ce qui me convient.

Quelle déception lorsque j’ai découvert le contenu du disque quelques jours plus tard : les fichiers ne pèsent que 2 à 4 Mo. Ce sont effectivement des JPEG, mesurant tous 3224 pixels de large et 2137 pixels de haut, que la photo soit prise à l’horizontale ou à la verticale.

Le résultat est assez satisfaisant, mais… (cliquer pour voir le fichier original)

Le résultat est assez satisfaisant, mais… (cliquer pour voir le fichier original)

J’ai donc deux problèmes :

  1. Ces fichiers sont compressés dans un format dit « à perte ». Chaque modification et recompression au format JPEG, à commencer par le rétablissement de l’orientation des photos prises à la verticale, entraine une dégradation1.

    En réalité le JPEG permet dans certains cas d’appliquer une rotation sans recompression, et donc sans dégradation. Mais il faut pour cela que les dimensions du fichier soient des multiples de 16. Or ce n’est pas le cas.

    C’est l’une des raisons pour lesquelles, comme pour la musique, je préfère les formats de compression sans perte.

  2. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas ce qu’on m’a vendu. On m’a bien parlé au téléphone puis au comptoir de fichiers de « 21 mégas ». Je m’attendais donc à des fichiers pesant 21 méga-octets, donc à des fichiers non-compressés, au format TIFF par exemple.

    Certes une fois décompressés les fichiers JPEG approchent (sans atteindre) les 21 Mo : ils pèsent précisément 19,7 Mo. Mais communiquer sur le poids décompressé d’un fichier compressé n’a absolument aucun sens. Est-ce qu’Apple vend des fichiers de 50 Mo sur l’iTunes Store ?

À aucun moment on ne m’a informé que les fichiers seraient compressés en JPEG. On ne m’a pas non plus invité à consulter le catalogue des tarifs, dans lequel c’est précisé mais dans lequel les indications sont néanmoins incorrectes.

Bref, si j’avais su je n’aurais pas passé commande.

Pourquoi ne pas communiquer seulement sur les dimensions en pixels ?

Pourquoi ne pas communiquer seulement sur les dimensions en pixels ?

  1. Lire à ce sujet Why you should always rotate original JPEG photos losslessly, avec des exemples parlants, et Lossless rotation of JPEG images, pour des explications techniques.

3 réflexions au sujet de « Négatif+ et numérisation : tromperie sur la marchandise »

  1. AH !!!! twitter !! le nouveau mode de communication !
    on balance , on balance
    beaucoup plus facile que de répondre aux mails et venir rencontrer les vrais protagonistes
    bref … j’attends toujours une réponse à ma proposition de rendez vous
    Patrick Leonard
    Directeur N+

    • Copie de l’email que je viens d’adresser à M. Leonard :

      Monsieur le directeur,

      Vous écrivez que je n’ai pas répondu à votre email, mais je n’en ai reçu aucun de votre part ou de celle de votre entreprise. Je crois n’avoir jamais transmis mon adresse à votre entreprise.

      Mais je serais vraiment ravi de parler avec vous !

      Ce billet et mon tweet n’ont pas vocation à communiquer avec votre entreprise mais à partager mon expérience avec vos clients potentiels, qu’ils sachent à quoi s’en tenir.

      Pour entrer en contact avec votre entreprise j’ai utilisé votre page Facebook, après avoir compris que votre compte Twitter n’était qu’une recopie de cette page (cf. tous les liens commençant par fb.me). Mais personne ne m’a répondu et pire, on a supprimé mon message ! Preuve que j’ai bien fait de « sauvegarder » ma plainte, sous forme de billet sur un blog en l’occurrence.

      Je vous retourne donc le compliment : à quoi bon être sur les réseaux sociaux si c’est pour ignorer et supprimer toute critique ?

      Quoi qu’il en soit j’attends votre appel dès lundi au 06 XX XX XX XX.

      • Monsieur

        C’est n’ayant pas de réponses à mon message sur votre FB
        posté deux heures après votre parution que je me suis un emballé
        sur twitter .

        En effet je vous ai bien répondu le jeudi à 12h39 pour
        tout d’abord nous excuser pour ce désagrément ensuite vous proposer un rdv et
        vous expliquer pourquoi je retirai ce message anti-commercial sur notre FB

        Loin de moi l’idée de me défausser bien au contraire , j’ai
        toujours pensé que de la discussion jaillissait la lumière

        Et mon rôle chez N+ est justement de régler ces petits
        différents dans les meilleures conditions

        S’agissant de détails techniques , mon responsable de
        laboratoire Julien va entrer en contact avec vous pour solutionné votre
        problème ,, quant à moi je vous rencontrerez avec grand plaisir lors de votre
        prochain passage

        J’apprécierai beaucoup que cette discussion reste privé et non
        étalée sur les réseaux sociaux

        Dans l’attente de votre retour

        Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *