Le radar de feu rouge tue

Que se passe-t-il si un véhicule prioritaire en intervention approche d’un feu rouge « protégé » par un radar automatique et que le seul moyen de lui céder le passage est de le franchir ?

C’est la question que j’ai posée hier au commissariat du Vésinet, après avoir une nouvelle fois manqué d’être confronté à cette situation, puisque la réponse n’est pas dans le Code de la route.

Si vous décidiez de respecter l’article R415-12 du Code de la route, selon lequel « en toutes circonstances, tout conducteur est tenu de céder le passage aux véhicules d’intérêt général prioritaires1 annonçant leur approche par l’emploi des avertisseurs spéciaux prévus pour leur catégorie », le radar se déclencherait dans la plus grande indifférence et la procédure de répression automatisée serait engagée. Vous seriez réprimé pour avoir respecté le Code de la route et écoperiez d’une contravention de quatrième classe, c’est-à-dire de 90 euros, assortie d’un retrait de 4 points2.

Si au contraire vous décidiez de rester à l’arrêt, vous enfreindriez l’article susmentionné et vous exposeriez aux mêmes poursuites… si un agent de police prenait le temps de vous verbaliser.

Le radar de feu rouge tue

Concrètement l’intérêt du seul automobiliste est donc de rester à l’arrêt. En particulier s’il ne lui reste que quelques points, parce qu’il est en permis probatoire par exemple, son intérêt personnel risque de passer devant l’intérêt général. Selon les deux agents qui m’ont répondu hier, c’est malheureusement une option souvent retenue.

Si vous avez pensé aux vies que le véhicule prioritaire cherchait potentiellement à protéger, vous avez naturellement la possibilité de contester le procès verbal, mais il faudra convaincre de votre bonne foie, votre parole contre celle du radar de feu rouge.

Celui-ci aura pris deux photos, au franchissement de chacune des deux zones, espacées d’un ou deux mètres seulement. Autant dire que dans la plupart des cas, si vous vous étiez comporté naturellement, ignorant le radar, rien ne distinguera vos photos de celles d’une véritable infraction.

Aucun dispositif, ni technique, ni administratif, n’est effectivement prévu pour suspendre le fonctionnement ou la validité des radars de feu rouge à l’approche de véhicules en intervention. Un détecteur de sirène, par exemple, à défaut d’une solution radio comme on en trouve sur certains bus, aurait pourtant suffit.

La rentabilité au détriment de la sécurité

On l’aura compris à la lecture de mes articles concernant l’interdiction des avertisseurs de radars3, je suis férocement opposé à l’automatisation de la répression dans le domaine de la sécurité routière. D’abord car c’est céder à la facilité et à la rentabilité, au détriment de la sécurité, mais aussi et surtout car elle mène à des situations absurdes.

Mais plus encore que celle des petits excès de vitesse, la répression du non-respect des feux rouges ne devrait pas être automatique.

Pendant ce temps on fait toujours aussi peu contre les comportements les plus dangereux que sont l’alcool, la drogue et la somnolence au volant, et même toujours rien contre le non-respect des distances de sécurité et l’oubli de clignotant. Ces comportements sont pourtant plus sévèrement sanctionnés que les petits excès de vitesse par le Code de la route, et donc considérés plus dangereux.

  1. Alinéa 6-5 de l’article R311-1 du Code de la route : Véhicule d’intérêt général prioritaire : véhicule des services de police, de gendarmerie, des douanes, de lutte contre l’incendie, d’intervention des unités mobiles hospitalières ou, à la demande du service d’aide médicale urgente, affecté exclusivement à l’intervention de ces unités et du ministère de la justice affecté au transport des détenus ou au rétablissement de l’ordre dans les établissements pénitentiaires.
  2. Articles R. 9-1, R. 27, R. 29 et R. 44 du Code de la route : non-respect de l’arrêt imposé par le panneau stop ou par le feu rouge fixe ou clignotant
  3. Avertisseurs de radars : les fabricants entrent dans le jeu de l’État sur Clubic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *