Haute définition : vous avez dit « top qualité » ?

S’il y a bien un domaine technique qui s’est soudainement mis à s’améliorer, c’est bien celui de l’audiovisuel.

Téléviseur Sony KV-1310

Sony KV-1310, premier téléviseur couleur Trinitron en 1968.

J’entends par là que, contrairement par exemple au domaine de l’informatique, dans lequel les performances doublent historiquement chaque année 1, celui de l’audiovisuel évolue quant à lui par palier. Il en a récemment franchi deux d’un coup… perdant en chemin jusqu’à la génération Y 2, pourtant préparée.

Le domaine de l’audiovisuel a effectivement récemment connu l’avènement de la haute définition, particulièrement pour la vidéo mais aussi pour l’audio, après près d’un demi siècle d’exploitation du standard PAL, en vigueur depuis les années 1960, offrant de la vidéo couleur en définition standard (dite SD).

J’entends trop souvent des proches qualifier la HD de « top qualité », certes à juste titre mais avec une connotation péjorative, et considérer qu’elle est réservée aux puristes.

Jusqu’à l’avènement de la HD, les contenus ont pourtant toujours correspondu aux diffuseurs, et les ont même devancé : les contenus furent produits et diffusés en couleur, puis bien plus tard en numérique, avant que les téléviseurs capables de les restituer nativement ne soient démocratisés.

C’est la première fois que les diffuseurs sont en avance, non pas sur les contenus, mais sur les usages. Trop d’utilisateurs se contentent de contenus SD sur leurs équipements HD. Vous contenteriez-vous pourtant du noir et blanc sur un téléviseur couleur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *