Eric Prydz in Concert, EPIC ?

Eric Prydz inaugurait samedi 2 avril 2011 la tournée « EPIC ». La « première mondiale » d’« Eric Prydz in Concert » a pris place à la Brixton Academy, une salle mythique de Londres, où je me suis rendu avec toute une délégation française.

Un court teaser publié quelques semaines plus tôt, promettant une scénographie digne de l’univers de TRON: Legacy, avait suffit à attiser ma curiosité d’apprenti pupitreur lumière.

Extrait de la vidéo de présentation d'EPIC

Passons rapidement sur l’aspect musical. Je trouve Eric Prydz, ou plutôt Pryda ou Cirez D en l’occurrence, bon dans son genre. Il était normal qu’il ne joue pour l’occasion que ses propres productions. J’espérais en revanche qu’il les jouerait en live, et non en simple DJ set comme il l’aurait fait en club. S’il a été parfaitement exécuté, ce set millimétré a cruellement manqué de vie.

Pour qu’un DJ set mérite le titre de concert, encore faut-il que la scénographie soit à la hauteur.

Et si les 15 premières minutes du show ont témoigné du potentiel de l’installation futuriste d’« EPIC », reposant sur une imposante installation de 3D video mapping, de colonnes motorisées, et d’affichage holographique, les 2 h 45 suivantes m’ont déçu.

Pour commencer aucun univers ne s’est dégagé du show. Une large palette de visuels sans rapport se sont succédés tout au long du spectacle, et pire encore, ont rapidement tourné en rond. On a même eu droit à une pâle copie du piano de Nicolas Bailly, la concordance en moins, utilisé sur plusieurs morceaux… mais pas sur « Pjanoo » !

La faute à la personne en charge de la vidéo, salariée de l’éditeur de la toute récente solution de 3D mapping, qui ne verrait en « EPIC » qu’un moyen de promouvoir son produit ?

La lumière quant à elle, soutien indispensable même à une installation vidéo de cette envergure, répondait bien trop peu à la musique. Et ce n’est pas faute d’avoir eu droit à un DJ expressif qui mâchait nettement le travail (voir à partir de 7’40 dans la vidéo) et dont le répertoire musical était connu. Les quelques dizaines de lyres, de stroboscopes et de contres ont donc eux aussi tourné en rond.

« Eric Prydz in Concert » a donc un sacré potentiel, mais il est encore largement sous-exploité. Le titre de « concert » me parait donc pour l’heure usurpé, puisque le spectacle tenait plus d’une (certes très bonne) soirée en club que d’autre chose. Si j’avais su, je n’aurais sans doute pas traversé la manche exprès. Épique ? Quelle prétention ! 🙂

4 réflexions au sujet de « Eric Prydz in Concert, EPIC ? »

  1. Hej.

    J’ai regardé quelques brides de la vidéo et en effet, on n’a pas vraiment l’impression que l’ambiance suscitée soit folle. Au début, comme je te l’avais fait remarqué, on a clairement l’impression que c’est du « TRON universe ». En revanche, la suite est un peu moins stylé et ça manque de cohérence dans le fond.

    @phb

  2. Puisque on est tous (enfin tous les 3) d’accords, il serait intéressant d’avoir un retour de ceux à qui ça a plu, du coup ! Je demanderai à Melissa et Renaud par exemple. Merci pour les votres en tout cas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *