Aufgang : du classico-electro à deux pianos et une batterie

Élément déclencheur du label InFiné 1, Francesco Tristano fut naturellement le protagoniste de l’« InFiné Week ». Au lendemain des deux représentations de « Versus 2.0 », le pianiste classico-electro est de nouveau remonté sur scène, cette fois pour un concert plus traditionnel avec son groupe « Aufgang ».

Aufgang en novembre 2009 au Café de la Danse
Crédit : Aurélien Michaud

Francesco Tristano forme « Aufgang » avec un second pianiste, Rami Khalifé, et un batteur, Aymeric Westrich, portant ce soir là le maillot de Kraftwerk, pionnier de la musique électronique dès les années 1970, et témoignant des influences nobles du groupe.

Une composition inédite interprétant, avec des instruments acoustiques prédominants et parfois quelques machines en soutient, des compositions construites pour la plupart selon les codes de la musique électronique. L’ensemble est d’une grande richesse et procure un large panel d’émotions.

Ce vendredi 15 avril 2011, à mi-parcours entre deux albums studio, « Aufgang » a interprété avec une grande énergie les compositions fondatrices du groupe 2, telles que l’excellent « Sonar » ou « Channel 7 » 3, ou le premier extrait de leur prochain album, l’innovant « Dulceria » 4.

À la veille du retour en studio, ce concert fut également l’occasion pour le groupe de jauger quelques compositions inédites, qui ont toute bénéficié d’un accueil sans équivoque : on ne peut plus chaleureux.

Enfin, le collectif Scale, auquel on doit pour rappel le spectacle visuel à 360° de la veille, était cette fois au rendez-vous avec une projection plus modeste, sur un seul écran couvrant l’arrière-scène, mais non moins réussie.

« Aufgang » est chez moi en lice pour le titre de coup de cœur de l’année.

Découvrez une captation d’un précédent concert à la Cité de la musique sur Grandcrew, ou ma modeste captation illicite du concert de la Gaîté lyrique :

  1. Lire l’histoire du label sur Wikipédia.
  2. Écoutez l’album éponyme d’« Aufgang », à la demande chez Deezer et/ou en téléchargement légal chez Amazon.
  3. Une captation de ce morceau, un compte-rendu et des photos d’un précédent concert au Café de la danse, par Le HibOO.
  4. Le clip, sur Dailymotion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *